2 Septembre 2021

Isolation: comment savoir si sa maison est bien isolée ?

Trop froid, trop chaud, trop de courants d’air ou d’humidité dans la maison… Vous vivez peut-être dans une “passoire énergétique” sans le savoir. Or, en plus d’être inconfortable, un logement mal isolé implique des dépenses énergétiques qui font grimper les factures. Comment poser un diagnostic précis sur son logement ? Voici quelques pistes pour découvrir tous les symptômes des habitations que l’on appelle des “passoires énergétiques”.

Devis gratuit et sans engagement

Sous réserve de respecter les conditions*

isolation

Qu’est-ce qu’une passoire énergétique ?

C’est l’appellation donnée à un logement très mal isolé. Pourquoi passoire ? Parce que quelle que soit la saison, en hiver comme en été, l’ air circule beaucoup trop facilement à l’intérieur ou vers l’extérieur, le logement nécessite d’être chauffé ou climatisé plus fortement qu’une maison bien isolée.

La maison est donc trop froide l’hiver même lorsque les radiateurs fonctionnent à plein régime, et trop chaude l’été, incapable de conserver la fraîcheur nocturne en journée.

Que ce soit avec du chauffage ou de la climatisation, il faut donc beaucoup plus d’énergie pour maintenir une température constante et confortable dans la maison. Cet apport calorifique sans cesse renouvelé fait rapidement tourner le compteur d’énergie et se retrouve sur les factures.

Comment savoir si un logement est une passoire énergétique ?

Pour qu’une habitation soit considérée comme une passoire énergétique, en plus de l’inconfort rencontré, il y a un certain seuil à atteindre en matière de consommation énergétique .

Pour l’évaluer, les experts comptabilisent les consommations d’énergies d’un foyer, liées au chauffage, le refroidissement, et la production d’eau chaude sanitaire (ECS).

Les autres usages (éclairage, électroménagers…) étant propres aux comportements des usagers, ne sont pas comptabilisés.

C’est le diagnostic de performance énergétique (DPE) qui permet ainsi de connaître et d’étalonner les performances de son logement selon un classement allant de A à G. Il affiche la consommation d’énergie de l’habitation exprimée en kWh/m² d’énergie primaire sur une année.

  • 50 kWh/m².an et moins. C’est la classe A d’un logement. Le logement est à basse consommation d’énergie, engendrant ainsi peu de dépenses.

  • 190 kWh/m².an. C’est la moyenne nationale des consommations énergétiques par foyer. Cela correspond à la classe D.

  • 330 kWh/m².an. C’est le seuil au-delà duquel un logement est considéré comme passoire énergétique.

  • 450 kWh/m².an et plus. C’est la classe G . C’est la pire note du classement énergétique, le logement ainsi noté est extrêmement énergivore.

C’est le montant moyen des économies réalisées grâce à l'isolation des combles dans un logement.

Quelles habitations sont les plus concernées par ce phénomène de passoire énergétique ?

Certains indices peuvent vous mettre sur la voie si vous cherchez à savoir si vous habitez un logement surnommé passoire énergétique. Avant de se lancer dans un diagnostic énergétique précis, l’année de construction du logement peut donner de précieuses informations sur la qualité de l’isolation de votre habitat :

  • Logement construit avant 1948 : à cette époque, les bâtiments étaient construits à l’aide de matériaux lourds mais peu isolants.

  • Logement construit entre 1948 et 1975 : durant cette période, les matériaux lourds ont été abandonnés et remplacés par des solutions techniques de construction rapides mais très peu performantes, c’est donc généralement dans ces logements que l’on compte le plus grand nombre de passoires énergétiques.

  • Logement construit après 1975 : suite au premier choc pétrolier et à l’instauration de la première réglementation thermique de 1974 (RT 1974), les logements ont été en mieux isolés peu à peu. Depuis, l’évolution des normes de plus en plus exigeantes et l’apparition de matériaux techniques ont permis de proposer une isolation de meilleure qualité.

 

Attention cependant car il ne s’agit là que d’indications à confirmer avec un diagnostic précis . En effet, si des travaux ont été réalisés sur une habitation ancienne ou construite entre 1949 et 1975, elle peut très bien atteindre des niveaux de dépenses énergétiques très faibles. A l’inverse, une maison construite récemment (après 1975) peut avoir perdu sa performance si ses matériaux d’isolation, qui se dégradent avec le temps, n’ont jamais été rénovés ou remplacés.

A titre de comparaison, la dernière réglementation thermique en date (RT 2012), concernant la construction neuve, permet de diviser par 3 les consommations énergétiques conventionnelles d’une maison par rapport à un logement construit selon la RT de 2005. Les consommations sont divisées par 6 par rapport aux logements des années 70 et par 10 par rapport à ceux construits avant 1948.

La prochaine règlementation, prévue en 2020, vise à rendre les bâtiments à “énergie positive” . C’est-à-dire que les logements construits à partir de 2020 produiront plus d’énergie qu’ils n’en consommeront !

Simuler votre diagnostic de performance énergétique en ligne

Isolation, ventilation, chauffage… De nombreux facteurs rentrent en compte pour déterminer si votre maison est confortable et économe. Nous vous proposons de déterminer à l’aide de notre outil de simulation le montant des aides que vous pouvez obtenir pour isoler votre maison ou changer de mode de chauffage. Nous restons à votre disposition pour toute demande de renseignements.

Commencer le test ici.

Share on facebook
Partager
Share on twitter
Partager
Share on linkedin
Partager
Share on email
Partager
Share on whatsapp
Partager

Source : https://bit.ly/3DEheuQ

©2021 All rights reserved - Bureau d'étude de la Transition Énergétique